Sécurité informatique, Linux; *BSD et Hautes technologies

Par NooD :: 01/03/2009 à 14:45 :: Général


Bonjour tout le monde!

Je viens de tomber sur un nouveau blog particulièrement intéressant qui traite des sujets tel que la programmation, les google API, la sécurité informatiqueFreeBSD, et son how to d'installation et enfin des applications indispensables pour iTunes.

Bref que de la bonne lecture !

A bientôt ;)

 

Le matériel libre sort de l'ombre

Par NooD :: 14/04/2008 à 23:03 :: Général
Jusqu'ici confiné aux composants, le matériel libre pourrait devenir une notion adoptée par le grand public. Les projets ne manquent pas. La réussite en revanche n'est pas encore au rendez-vous.



Hardware Open Source, où en est on ? Cette antienne souffre de l'explosion ces dernières années du logiciel libre, popularisé tant au niveau du grand public que des entreprises. Alors que le modèle économique des logiciels libres peut sembler sur la voie de la pérennisation, celui du hardware libre ne rencontre pas le même entrain médiatique.

Richard Stallman, apôtre du Libre, voyait dès 1999 dans le hardware libre un exemple frappant de la différence que beaucoup ont du mal à faire encore aujourd'hui entre le Libre et le gratuit. "Un matériel libre est un matériel dont il est légalement possible de reproduire le design et la conception sans que des licences payantes d'utilisation s'appliquent", expliquait alors Stallman. En revanche, la construction d'un tel objet, d'un point de vue physique, aura toujours un coût. "Si ce n'est celui de la main d'œuvre, au moins celui des matériaux physiques", concluait Stallman. D'où la gratuité impossible d'un matériel libre.

G. Seaman, le webmaster d'Opencollector.Org, donne lui sa définition du matériel libre comme suit : L'interface du matériel doit être rendue publique, et ce de manière à rendre libre son utilisation. Le design du matériel doit être rendu public. Les outils utilisés pour créer le design devraient être libres, de manière à permettre à d'autres de développer et améliorer le design.

Documentation ouverte  

L'idée d'une documentation ouverte a pourtant provoqué par le passé quelques initiatives. Les processeurs Sparc de Sun ont une documentation libre depuis longtemps, mais la demande pour une telle technologie reste faible. On citera également le projet Simputer, alternative indienne au PC, une sorte de PDA qui n'a jamais connu le succès escompté. Pour favoriser sa diffusion, ses concepteurs ont placé les spécifications matérielles sous Simputer General Public Licence (SGPL), une licence inspirée par la licence GPL.

Neuros Technology International (NTI) pourrait peut être changer la donne et mettre le matériel libre au premier plan avec le lancement récent du Neuros OSD (pour Open Source Device), un enregistreur multimédia qui permet le transit de flux numériques en provenance de différentes origines et donne également la possibilité de diffuser ce flux sur divers appareils, du PC au téléviseur.

"Pour le côté hardware, on vous fournit les schémas électroniques pour refaire la carte (à base de composants standards du commerce), Ce qui revient à l'idée de départ d'Openhardware.net ", explique Patrick Kadionik, Maître de Conférences à l'ENSEIRB.

De fait, la société donne toute la documentation technique de ce produit à tout développeur la demandant, afin d'ajouter des fonctionnalités supplémentaires, bien entendu à condition de livrer les modifications à la communauté. C'est le même modèle que celui des logiciels libres.

"C'est confidentiel parce qu'il s'agit d'un travail invisible pour le public"


Pour environ 200 euros, le prix de la machine, il est possible la modifier à sa convenance. L'entreprise basée à Chicago souhaite ensuite que les modifications effectuées sur la machine soient également documentées de manière à ce que ces modifications soient accessibles au plus grand nombre.

Par ailleurs, les logiciels utilisés dans la machine sont tous Open Source, basés sur Linux. Ces logiciels sont également modifiables et adaptables. Un utilisateur a dans ce contexte développé un programme qui permet de regarder les vidéos du site en ligne ou directement sur une télévision.

"On parle beaucoup de logiciel libre, mais je préfère parler du Libre au sens large, qui recoupe les cours libres, et le matériel libre également ", explique Patrick Kadionik.

Ce chercheur qui travaille sur les systèmes embarqués trouve pourtant pour sa part des applications quotidiennes du matériel libre dans son activité. "Le matériel libre est utilisé dans les systèmes embarqués. Dans ce secteur, on utilise beaucoup les composants programmables, les composants FPGA. Au lieu d'avoir un port série, un port USB, on intègre tout dans un composant programmable où des blocs représentent des fonctionnalité, développées en langage textuel, du VHDL en Europe et du Verilog aux Etats-Unis ".

Un domaine des plus "underground" qui attire peu le public et les médias favorables aux logiciels libres. "C'est confidentiel parce qu'il s'agit d'un travail invisible pour le public. C'est un travail assez ingrat de ce point de vue là. Mais on trouve des FPGA dans les Playstation par exemple, sous la forme d'accélérateur matériels ", précise le chercheur. Et de conclure en précisant que les personnes intéressées par ce type de projet peuvent se rapprocher d'une petite communauté active sur des sites tels que fpgacpu.org, opencollector.org, opencores.org, ou encore openhardware.net.
 

Les sept plus gros rachats du libre

Par NooD :: 28/02/2008 à 5:52 :: Général

La palme revient à Mysql, avec son rachat par Sun pour la modique somme de un milliard de dollars.
Jusqu’alors, c’etait RedHat qui était en tête depuis 1999 en ayant racheté Cygnus Solutions, expert en support, pour 675 millions de dollars.

Derrière, on trouve XenSource racheté par Citrix pour 500 millions d’euros, Zimbra racheté par Yahoo pour 350 millioons d’euros, JBoss repris par RedHat pour 350 millions d’euros, Suse par Novell, et dernièrement TrollTech racheté par Nokia pour 153 millions d’euros.

Source:le monde informatique

Comparatif des performances de douze noyaux Linux

Par NooD :: 23/02/2008 à 10:51 :: Général
L'équipe de www.phoronix.com vient de confronter les unes avec les autres, douze des dernières révisions du noyau Linux. Cela inclus les versions de Linux qui courent de la révision 2.6.12 à la 2.6.24-rc1, à l'exception du noyau 2.6.21. En effet, ce dernier n'était pas stable sur la machine de test. Via ses tests, l'équipe de Phoronix a mesuré les performances de chaque noyau pour : l'encodage de fichier audio (mp3 et ogg), la compression/décompression de fichier, le téléchargement de fichier, le traitement d'image ...

Classiquement, les mises à jour du noyau apportent de nouvelles fonctionnalités (virtualisation, UIO ...), de nouveaux pilotes (wifi, carte son, firewire ...), le support de nouvelles architectures (PA6T, Cell ...), des protections contre une faille de sécurité et parfois des optimisations (de l'ordonnanceur, de l'allocateur de mémoire ...). C'est pourquoi il est intéressant de comparer les versions successives du noyau et ainsi comprendre de quelle manière ces ajouts influent sur les performances du système.

La machine utilisée pour les tests était constituée de :
  • 1 processeur Intel Pentium 4 1.6GHz "Northwood"
  • 2 x 512Mo DDR-400 de ram
  • 1 disque dur Western Digital 80Go, ATA-100 avec 8Mo cache
  • 1 carte mère ASUS P4SGX-MX
  • 1 carte graphique intégrée : la SiS Real 256 graphics.
La distribution Linux choisie étant une Fedora Core 4 avec GCC 4.0.0 et X.Org 6.8.2. Chaque noyau a été compilé et installé manuellement à partir des sources officielles. Ci-dessous une partie des résultats obtenus :
  • Encodage mp3 avec Lame :
  • Téléchargement d'un fichier :
  • Redimensionnement d'une image :
Je vous invite à lire l'article complet sur Phoronix pour avoir plus de détails sur la plateforme, les conditions des tests et surtout la liste exhaustive des résultats.

En observant ces dix graphes on s'aperçoit qu'excepté le test de téléchargement il y a très peu de variation entre les différents noyaux, ce qui appelle au minimum deux conclusions :
  • Pour avoir de bonnes performances sous Linux, il n'est pas nécessaire d'installer le dernier noyau. Si vous souhaitez tirer le maximum de votre matériel contentez-vous de recompiler votre noyau actuel, avec des options différentes. Dans la pratique, la mise à jour vers un noyau plus récent se justifie principalement pour mieux supporter un périphérique ou pour combler une faille de sécurité.
  • Le code du noyau est suffisamment bien compartimenté pour que les évolutions successives n'aient pas d'impact négatif sur la réactivité du système par défaut. En clair, si en changeant de version de distribution vous notez une régression des performances, je vous suggère d'en rechercher les causes à l'extérieur du noyau.

Microsoft partenaire Linux de Renault

Par NooD :: 18/02/2008 à 5:51 :: Général
Ironie de l'histoire : Microsoft France s'enorgueillit d'avoir vendu du Linux au constructeur automobile Renault. Bien sûr, s'agissant d'un logiciel libre, il s'agit de 1000 contrats de support prioritaire pour la distribution Suse Linux Enterprise Server de Novell.


Dans le camp du libre, les optimistes voient ce contrat d'un bon oeil pour Linux tandis que les sceptiques considèrent qu'il permet à Microsoft de neutraliser l'OS et de marginaliser toutes les distributions qui ne sont pas celles de Novell.
Selon le communiqué de Microsoft, Renault compte sur la consolidation de toutes ses distributions Linux sur Suse Linux pour "améliorer l'interopérabilité et mieux profiter des avantages de la virtualisation."
Malgré son côté passe-partout, cette phrase a eu le don d'éveiller la curiosité de tous les chroniqueurs de la planète.

Suse Linux, comme la plupart des autres distributions, utilisent Xen comme hyperviseur. Cet hyperviseur a été repris par Citrix, lequel a été élevé depuis au rang de partenaire privilégié par Microsoft dans sa stratégie de reconquête du marché de la virtualisation.

Par François Lambel

Apache : le Blog m'a presque tuer

Par NooD :: 08/02/2008 à 8:40 :: Général
Un court dessin, ou plus précisément une double courbe sur la page de garde de Netcraft brosse à grands traits le paysages des serveurs Web mondiaux. L'on avait l'habitude, jusqu'à présent, de voir Apache caracoler loin devant Internet Information Services (IIS de Microsoft). Mais voilà que, depuis avril 2006, les installations d'Apache s'écroulent, celle d'IIS montent en flèche. Premier responsable, le Web 2.0, la montée en puissance des blogs, la domination de quelques grands hébergeurs de « journaux intimes publics », et notamment Microsoft -MSN Live- et Google -Orkut-. Cette descente aux enfers, toutefois, semble s'arrêter. Il est même possible que la tendance s'inverse, pensent les analystes de Netcraft, notamment grâce à l'adoption d'Apache par d'autres grands hébergeurs de blogs à la sauce open source, tel Multiply. Il est cependant à noter que l'actuelle récession qui semble frapper à nouveau le Monde 2.0 et autres développements TIC, joue en défaveur d'une évolution plus franche du marché. Il ne s'est créé « que » 115 millions de sites en janvier, soit une progression de 354 000 sites par rapport au mois de décembre 2007, mois de décembre qui, lui-même, affichait une croissance plus énergique de + 5,4 millions de sites sur le mois écoulé.

Source : securite.reseaux-telecoms.net - par Marc Olanié

Script Shell : Rechercher/remplacer récursif

Par NooD :: 02/02/2008 à 8:39 :: Général

Il y’a peu, j’ai galéré pour faire un rechercher/remplacer récursif.
Je vous donne donc ici la solution pour ne pas galérer à votre tour (je suis sympa quand même) lol!

Donc voici le code:

Script shell

find /mon/rép -exec sed -i "s/chaine_cherchée/chaine_remplacée/g" {} \;


Source : opensource.jegalere.fr

Microsoft fournit sa documentation à Samba

Par NooD :: 20/01/2008 à 4:44 :: Général

Trois ans après une condamnation de la Commission européenne, Microsoft livre enfin sa documentation technique à Samba.


Mars 2004, en marge du procès antitrust, la Commission européenne condamne Microsoft à fournir sa documentation technique aux développeurs du projet Samba, un logiciel de partage de ressources imprimante et fichier, pour que celui-ci puisse suivre les évolutions techniques de l'éditeur.
Décembre 2007, c'est chose faite. Pour en arriver là, les développeurs du projet ont du passé par la PFIF (Protocol Freedom Information Foundation), une émanation de la SFLC (Software Freedom Law Center), pour avoir un représentant légal.
Contre le versement unique de 10 000 €, Microsoft fournira toute la documentation nécessaire pour que les développeurs Open Source puissent implanter les protocoles Windows dans leurs produits. Microsoft devra également indiquer clairement quels sont les brevets qu'il estime liés à sa technologie pour =que les développeurs puissent éviter toute violation involontaire.

En échange, les développeurs devront signer un accord les empêchant de dévoiler le contenu de cette documentation ou de la redistribuer. En revanche, ils pourront écrire des logiciels utilisant ces protocoles, et donc suivant les termes de la GPL, fournir librement le code source associée.
« Ils nous donnent toute la documentation nécessaire pour que tout fonctionne », affirme Jeremy Allison, co-auteur de Samba. « Nous n'aurons plus d'excuses. Si nous n'avons pas quelque chose, nous ne pourrons pas dire que ce n'est pas de notre faute et que nous ne savions pas comment faire. » Précisant tout de même que si l'accord a été trouvé jeudi dernier, les documents n'ont pas encore été remis aux développeurs. Mais cela ne saurait tarder. « Je pense que j'aurais des lectures plaisantes pour mes vacances de Noel », ironise Jeremy Allison.

Source : LeMondeInformatique - Par Marie Caizergues

PC à 100 dollars avec Windows et Linux ?

Par NooD :: 17/01/2008 à 4:43 :: Général


Le projet OLPC (One Laptop per Child) continue à agiter l’actualité informatique. Après le départ récent d’Intel, qui préfère se concentrer sur son Classmate PC et qu idénonce un criant différent “philosophique”, les développeurs ont annoncés que le XO pourraient se doter d’un double boot donnant le choix entre Windows et Linux.

Information renié par Microsoft préfèrant concentrer tous ses efforts sur l’édition d’une version de Windows XP spécialement conçue aux spécificités du XO et ainsi faire tourner XP en lieu et place de la distribution Fedora.

Source

Linux dans les starting-blocks de la téléphonie mobile

Par NooD :: 24/12/2007 à 12:23 :: Général
2008, l'année de consécration pour Linux sur les mobiles ? C'est ce que laisse entendre Linus Torvalds dans un interview pour Reuters. "L'année prochaine devrait être, grâce à l'alliance Google, l'une des premières où vous pourrez facilement trouver des combinés sous Linux." En 2006, les mobiles sous Linux ne représentaient que 6 % du marché, moitié moins que ceux sous Windows Mobile, et très largement derrière Symbian (67 %). Ces mobiles se résumaient à quelques modèles chez Motorola, et le N800 de Nokia.

Mais la situation pourrait bien changer complètement avec le développement attendu du système d'exploitation basé sur Android, que prévoit Google pour l'année prochaine. Selon les estimations d'ABI Research, Linux pourrait connaître une forte croissance dans le secteur mobile pour les cinq prochaines années, jusqu'à représenter 31 % du secteur en 2012. D'après Torvalds, l'attrait de Linux devrait grandir à mesure de l'intérêt croissant pour l'Internet mobile.

Source : ratiatum.com

Routeur Linux et IPv6 Free : une solution

Par NooD :: 20/12/2007 à 22:20 :: Général

La problématique :

Imaginons un Geek connecté à Internet via Free. En temps que Geek il n'aura certainement pas activé la fonction routeur de sa freebox pour utiliser un bon vieux PC sous Linux pour faire le NAT et pouvoir rediriger des ports dans tous les sens. Derrière ce Linux se trouve, via une autre interface réseau un switch ou un hub sur les quels sont connecté quelques PCs.

Voilà-ti pas qu'un jour Free propose de l'IPv6 ! Quelle bonne nouvelle !

On active l'option (gratuite) dans sa console de gestion, on reboot la freebox et nous voilà avec un /64 disponible sur le minuscule réseau entre la freebox et notre routeur Linux.

Fig. 1 - Configuration de base du Geek

Donc oui, notre routeur Linux va pouvoir avoir une adresse IPv6 sur son interface externe.

La belle affaire : et nos machines se trouvant derrière notre routeur Linux ?

En effet, le /64 fournit par Free est fait pour alimenter un segment ethernet et pas plus. Donc il n'est pas possible de router une partie de ce /64 vers un autre segment ethernet.

Lire la suite du mini-tutoriel

Le eeePC s’attire les foudres des défenseurs du libre

Par NooD :: 14/12/2007 à 10:08 :: Général


Le eeePC d’Asus est un ordinateur portable de la marque Asus avec Linux livrée en standard. Super! me direz-vous.

Mais nuançons tout ça:

En effet, cet ordinateur est livré en standard avec la distributin Linux Xandros, mais sans les codes sources associés matgré un noyau recompilé et optimisé pour ce modèle de portable.

A noter que Xandros etait déja dans la ligne de mire du monde Open Source étant donné que Xandros fait payer une licence pour l’installation de sa distribution, ainsi que pour ses accords signés avec Microsoft.


Source : opensource.jegalere.fr


Installation de Centreon (Oreon)

Par NooD :: 10/12/2007 à 22:12 :: Tutoriels Linux
Nagios, que j’ai abordé dans de nombreux articles est un outil de monitoring système et réseau de très grande qualité pour sa souplesse de configuration, sa puissance de traitement ou encore sa stabilité. Par contre, son interface ulisateur n’est pas des plus réussie et il est impossible de faire des actions d’administrations de base (comme ajouter une nouvelle machine à monitorer) dans l’interface Web. Centreon (anciennement appelé Oreon) a pour but de combler ces lacunes.

Lire la suite de l'article

Les lauréats des Trophées du Libre

Par NooD :: 10/12/2007 à 21:17 :: Actualité Linux & Open Source

Cette année, six projets, six nationnalités différentes. C’est ce qui aura marqué ces 4èmes Trophées du Libre.

On a pu aussi remarqué un augmentation de 60% de candidats étrangers par rapport à l’année dernière. Il y’ a eu 149 postumants de 29 pays différents.

Nous pouvons donc en conclure que le logiciel libre devient vraiment internationnal, ce qui n’est pas pour me déplaire.

les lauréats sont donc:

- Prix Spécial du jury : Boclipse (Suéde)
- Sécurité : rsyncrypto (Israël)
- Logiciels d’entreprise : LimeSurvey (Allemagne)
- Logiciels éducatifs : Chronojump (Espagne)
- Multimedia / jeux : mediabox404 (France)
- Administration et collectivités : DRBL (Taiwan)
- Logiciels scientifiques : SAGE (Etats-Unis)

http://www.tropheesdulibre.org/

La force de Linux: Sa flexibilité.

Par NooD :: 07/12/2007 à 10:07 :: Actualité Linux & Open Source

Que ce soit une évolution rapide et permanente de la prise en charge de nouveaux matériels, ou de la virtualisation, Linus Torvald, le papa de Linux a déclaré à InformationWeek que l’atout majeur de Linux restait sa flexibilité. En gros comme je le dis souvent

avec Linux y’a tout à faire mais on peut tout faire.

Linus Torvald explique lors d’une interview accordée à InformationWeek:

Quand vous achetez un système d’exploitation chez Microsoft, non seulement vous ne pouvez le réparer seul, mais il a été développé pendant des années en suivant les besoins d’une seule entité. Par contraste, regardez où Linux est utilisé. Des téléphones portables ou des appareils embarqués si petits que personne ne songerait à les appeler ordinateur, jusqu’aux plus gros supercalculateurs du Top 500 ! Et tout cela vient du fait que toute personne intéressée peut participer à son développement et qu’aucune entité ne contrôle la direction qu’il prendra.

Curieusement, Linus Torvald n’est pas interessé par la virtualisation, cependant il est conscient de l’interêt que peut porter une entreprise à cela.

Une grosse part du travail de 2008 sera consacrée aux drivers intégrés au noyau, notamment de ce qui est cartes graphiques et Wfi, ces matériels évoluant très rapidement.

Linux Torvald est également particulièrement intéréssé par les disques SSD à base de mémoire flash.

Source : opensource.jegalere.fr

Les finalistes du Libre

Par NooD :: 27/11/2007 à 10:05 :: Actualité Linux & Open Source


Seuls 18 des quelques 150 prétentendants ont été séléctionnés pour la finales des trophées du libre.
Cette finale se déroulera le 29 novembre à Soissons, lors du 4ème concours international du logiciel libre.

Comme nous l’avions vu dans un article précédant, six catégories sont représentées, et trois projets ont été retenus par catégories.

La liste des finaliste est donc la suivante:

- Logiciels d’entreprise : LimeSurvey, DeStar, Scenari

- Logiciels éducatifs : Claroline, Chronojump, Scenari

- Sécurité : rsyncrypto, Yersinia, Unicornscan

- Administration & collectivités : DRBL, PMB, VHFFS

- Multimédia / Jeux : sK1, mediabox404, Herrie

- Logiciels scientifiques : Getfem++, SAGE, Giac/Xcas

http://www.tropheesdulibre.org/

[ Installation de la distribution - Seconde Partie ]

Par NooD :: 19/11/2007 à 22:10 :: La machine SNET

Linux Nous sommes à la moitié de la configuration de l'installation. Dans les étapes qui suivent nous allons donc finaliser cette dernière.

* Installation de Gentoo (suite)

Nous sommes rendus au chapitre 5 : Installer les fichiers d'installation de Gentoo.

Le manuel étant suffisamment clair, nous allons rentrer dans le vif du sujet des options de compilation. Cette séction est important et même si vous pourrez changer les paramètres plus tard, vous allez compiler l'essentiel du système avec ces options, donc lisez bien et n'hésitez pas à faire une recherche. Ceci dit vous pourrez re-compiler plus tard.

[ Information utile ]

Les options de compilation dépendent de votre architecture. Le résultat final est ainsi optimisé.

[ Reprenez donc la suite du manuel ]

La suite est relativement claire, nous allons donc passer à la configuration du noyau.

[ Information utile ]

N'ayant pas testé genkernel, je ne peux pas vous dire si cet outil fonctionne bien. Cependant ne soyez pas effrayé par la configuration manuelle. Malgré ses menus interminables, si vous configurez bien les options, votre noyau sera optimisé pour votre machine.
  En bref, la configuration du noyau conciste à sélectionner les éléments de votre machine : chipset de la carte mère, activation du support des disques SATA, etc.
  Bien entendu, si vous avez besoin, dans le futur d'une nouvelle fonctionnalité, il  vous suffira d'effectuer la même étape en cochant votre option et en recompilant votre noyau.
  En règle générale, les options sont précochées et vous n'avez qu'à vérifier que tout est bien en place en parcourant les menus. Evitez de tout cocher sinon l'optimisation n'a plus aucun sens et attention aux conflits ! Enfin ne soyez pas effrayé, n'hésitez pas à faire une nouvelle fois des recherches. Une fois vos options définies, vous pourrez compiler et en cas de problème reconfigurer votre noyau comme dit précédemment.

[ Reprenez donc la suite du manuel ]

Une fois votre noyau compilé et les quelques configurations effectuées, vous êtes proche de la fin de l'installation. Le manuel vous propose alors des logiciels facultatifs.

[ Information utile ]

Le démon Cron : je vous conseille d'en installer un. Même si celui-ci ne vous servira peut être pas tout de suite, vous l'aurez sous la main le jour venu. Celui-ci fonctionne comme un planificateur de tâche. Il éxécutera une commande, un programme ou un script selon des règles de temps que vous aurez définie (une fois toutes les 5 minutes par exemple ou tous les permiers lundi de chaque mois). Si vous hésitez à propos du programme à installer, je vous conseille Vixie-Cron, vous pourrez ainsi modifier vos tâches sans avoir à le relancer ou à le recharger, ce qui est assez pratique.

Indexation des fichiers : plus utile encore que le démon cron, slocate vous permettra de retrouver un fichier très rapidement et très facilement en tapant une commande du genre :

 

# slocate mon fichier

Installer un client DHCP : aujourd'hui, la plupart des FAI fournissent une box à leurs abonnés. Celle-ci fait office de routeur. Comme je suppose que vous ne comptez pas utiliser Gentoo en ligne de commande pour travailler ou parler des dernières sorties cinéma à l'aide de notre chère interface textuelle, vous possédez certainement une autre machine... Le serveur dhcp est donc une solution (extrêmement) récommendé et pratique puisqu'ainsi votre machine (surtout si c'est un portable) n'est pas figée pour un réseau (même si cela peut être bidouillé par voie logiciel).

Le client PPPoE n'est utile que dans le cas où vous possédez un modem Adsl du type SpeedTouch, anciennement commercialisé avec l'abonnement wanadoo par exemple.

[ Reprenez donc la suite du manuel ]

Configurons maintenant notre chargeur de démarrage...

  [ Information utile ]

Personnelement j'ai une petite préférence pour Grub mais Lillo fonctionne aussi très bien.
Deux remarques à faire à propos du chargeur :
1) Une fois la configuration terminée, faîtes en une sauvegarde, car si la configuration est erronée cela sera plus facile à restaurer.
2) Allez faire un tour sur google, cherchez les principales commandes de Grub et son fonctionnement (simplifié), bref documentez vous un minimum. Si possible imprimez les commandes. De cette façon, le jour où vous aurez un soucis en installant un autre système par exemple, vous saurez réagir efficacement. Cela vous évitera surtout de passer deux heures sur internet pour deux petites commandes de rien du tout.

[ Reprenez donc la suite du manuel ]

Fin de l'installation et création du premier utilisateur.

  [ Information utile ]

Notre premier utilisateur sera le substitut du compte root. Autrement dit, c'est par lui que nous nous connecterons à distance par exemple. Cela permet de sécuriser notre machine. En effet même si cet utilisateur est corrompu, il ne possède pas les droits nécessaires pour effectuer d'importants dégâts sur la machine. Vous pouvez suivre la méthode énoncée sur le manuel :

 

Login: root
    Password: (votre mot de passe root)

 

# useradd -m -G users,wheel,audio -s /bin/bash john
    # passwd john
    Password: (tapez le mot de passe pour john)
    Re-enter password: (retapez-le pour vérifier)

En ce qui concerne les groupes, nous auront l'occasion d'en reparler plus tard. Malgré les apparences ils sont très utiles, nottamment en ce qui concerne les droits accordés aux fichiers et pour utiliser certains programmes. 

[ FIN DE L'INSTALLATION ]

Si tout s'est bien déroulé, votre machine est prête à être utilisée. Si vous avez rencontré des soucis (c'est certainement le cas), n'hésitez pas à reprendre l'installation où vous l'avez laisser ou à tout recommencer, il est souvent nécessaire de passer par cette étape. Vous verrez qu'après quelques essais, les manipulations sont plus simples et plus compréhensibles.
  Je le redis encore une fois, mais n'hésitez surtout pas à vous documenter sur les forums de discussions, les docs, même si tout cela paraît ennuyeux. Pour vous éviter une recherche fastidieuse et une lecture du fonctionnement détaillé du bout de code que vous n'utiliserez jamais, j'ai déjà pré sélectionné des documentations très utiles à imprimer et à coller à côte de votre écran, ou plus simplement à mettre en favoris ;)

[ PROCHAINEMENT : COMMENT SE DOCUMENTER CORRECTEMENT POUR ETRE UN BON ADMIN ?

 

[ Installation de la distribution - Première Partie ]

Par NooD :: 12/11/2007 à 23:46 :: La machine SNET

Linux Notre machine test que nous appelerons SNET dans les futurs articles, va aujourd'hui subir une conséquente charge de travail.
Nous allons commencer par installer une distribution sur notre machine.

* Quelle distribution choisir ?

L'article d'aujourd'hui ne répond pas à cette question mais disons brièvement que même si chaque distribution est réputée pour une spécialité, toutes les distributions sont capables de faire à peu près n'importe quoi. En ce qui concerne les distributions orientées serveur, on peut citer Debian, Gentoo, Slackware, etc.
Dans un premier temps nous allons installer une distribution Gentoo ce qui nous permettra de bien maîtriser le monde Linux. Puis nous passerons sous Debian et nous verrons ces avantages.

Qu'est-ce que Gentoo Linux ?

Gentoo Linux peut être qualifiée de méta-distribution car elle s'adapte sans limite à une multitude d'architectures. Elle peut être optimisée et paramétrée comme on le souhaite. Les principales caractéristiques, comme le souligne le site de gentoo, sont donc : ses performances extrêmes, une grande personnalisation de la distribution, ses possibilités d'adaptation, sa documentation très riche et précise tout en restant simple, et aussi quelque chose de très important : sa grande communauté d'utilisateurs et de développeurs.
(source : gentoofr.org)
Article sur fr.wikipedia.org

* Comment installer Gentoo ?

Gentoo  Bien qu'il n'éxiste pas tellement de sites internet où l'on peut trouver de la documentation en français pour Gentoo, le site officiel regorge d'informations et de tutoriaux (du basique au plus compliqué).
C'est la raison pour laquelle j'ai pris un peu d'avance sur vous et j'ai déjà installé la distribution sur la machine SNET.
Cependant je ne vais vous laisser seul devant la documentation et j'ajouterais mes commentaires au fur et à mesure.

Rendez vous donc sur la page du sommaire du Manuel d'installation.

 

* Installation de Gentoo

Vous avez sans doute l'impression qu'au vu du nombres de pages et de la taille de ces dernières, l'installation va être longue et compliquée. C'est tout le contraire car l'installation est assez détaillée pour vous permettre de résoudre les problèmes les plus répandus et vous allez vite vous rendre compte que les pages se lisent assez rapidement.

Tout d'abord, vous devez graver le CD d'installation. Ce CD ne contient pas l'installation du système mais les programmes qui vont vous permettre d'effectuer l'installation. Il peut être gravé à partir de n'importe quel système d'exploitation donc nous allons avancer.

[ Information utile ]

/! Les performances du disque dur : pour éviter que nous n'y revenions plus tard je vous conseille de tester les performances de votre disque avec la commande :

    hdparm -tT /dev/hda

Explication : hda représente votre disque dur, si vous en avez deux, vous le trouverez sous le nom hdb et ainsi de suite. Le répertoire dev contient des fichiers spéciaux qui font références à vos périphériques.

Ensuite, vous devez activer le DMA sur chacun de vos disques (si cela n'est déjà fait, dans le doute refaite le ça n'a aucune incidence) :

Activer DMA :
# hdparm -d 1 /dev/hda
Ou bien activer DMA avec des options sures pour améliorer les performances :
# hdparm -d 1 -A 1 -m 16 -u 1 -a 64 /dev/hda

[ Reprenez donc la suite du manuel ]
[ Information utile ]

Il n'est pas inutile de démarrer le démon (programme qui tourne en fond) SSH. Celui-ci vous permettra de continuer l'installation à distance. Evidemment, vous devez posséder une autre machine avec un client ssh (ex. Putty, OpenSSH, ...).

# /etc/init.d/sshd start

[ Reprenez donc la suite du manuel ]
[ Information utile ]

Vous arrivez sur la page de la configuration du réseau. Il s'agit d'une page très importante. Autant dire que si vous bloquez ici, la suite ne vous avancera pas.
Enfin pas de panique non plus, la plupart des connexions ADSL utilisent aujourd'hui une ...BOX et donc un cable Ethernet. Or Linux reconnaît bien les cartes réseaux ethernet.
Dans la plupart des cas, il vous suffira de brancher le cable, vérifier que votre carte est bien détecté avec la commande ifconfig.
N'oubliez pas d'éxécuter la commande :

# dhcpcd eth0

Explication : eth0 est le nom de votre interface réseau. Si vous avez deux cartes réseau ethernet, la seconde aura pour nom eth1 et ainsi de suite. Si vous utilisez une carte WiFi, son nom sera alors wlan0 (et ainsi de suite). Sa configuration s'effectue à l'aide de la commande iwconfig. Pour le reste les commandes sont communes. D'ailleurs tout est bien expliqué dans le manuel.

Si vous utilisez un modem branché en USB, vous aurez peut être la chance de trouver un module qui vous permettra de le faire fonctionner. Faîtes une recherche sur google, si votre modem est assez répandu (comme l'ADSL SpeedTouch USB), vous trouverez des infos et des tutoriels.

[ Reprenez donc la suite du manuel ]
[ Information utile ]

Nous passons désormais à la configuration de nos disques. Vous pouvez tout à faire installer Gentoo sur le même disque dur que Windows mais attention, si vous réinstallez Windows, celui-ci écrasera la configuration de démarrage et vous serez alors obliger de le restaurer manuellement. Les commandes sont bien expliquées sur le manuel.

Passons au partitionnement :
Il n'éxiste pas une seule règle pour le partionnement, chacun y va de son argument. Voici tout de même quelques conseils car je sais qu'aux premières installations, on est toujours un peu hésitant. Un petit cours s'impose.

/ : la partition racine : elle est obligatoire, elle contient tous les fichiers. Son équivalent Windows est la partition entière ;)
/home : partition utilisateur : elle contient les données des utilisateurs. Il est recommendé de créer cette partition, ainsi, si vous perdez les données d'une autre partition, vos données utilisateurs sont préservées.
/boot : partition de démarrage : d'une taille assez faible elle va contenir le lanceur de choix du système au démarrage de votre machine.
/var /opt /usr etc. : l'utilité de ces partitions est discutable... nous n'allons pas les créer.

/! Précision importante : Sous Linux l'arborescence des fichiers commence par le caractère /. On lui ajoute le nom des répertoires pour atteindre les fichiers. Exemple : /home/mondossier/monfichier
  Vous l'aurez compris à travers cet exemple, home est en fait un répertoire qui est créé sur la racine qui est aussi un répertoire (particulier). Sous Linux, les partitions sont montées dans un ou plusieurs répertoires. Ainsi si nous créons une partition home et que nous la "montons" (commande "mount") sur le répertoire /home , nous accéderons à son contenu à traver le répertoire /home. En clair nous allons monter les partitions sur la partition principale : la partition racine. Vous comprenez maintenant pourquoi il est utile de créer une partition home qui sera montée dans /home , car, sinon, le répertoire home sera dans la partition racine (/) et à la moindre défaillance, vos données utilisateurs seront perdues.
  Je n'ai pas précisé mais je l'ai déjà répété, le répertoire /home va contenir les données des utilisateurs à travers des répertoires qui leurs sont donnés.

Pour les commandes et les systèmes de fichier, le manuel est relativement bien expliqué.

[ PROCHAINEMENT : DERNIERS REGLAGES ET DEBUT DE L'INSTALLATION

 

Bienvenue dans le Monde merveilleux de Linux

Par NooD :: 12/11/2007 à 10:00 :: Général
Bonjour à toutes et à tous !

Pour ce premier billet je m'efforcerai d'être bref et de vous présenter le blog.

Ce blog est découpé en 4 catégories (pour le moment) :

- Actualité Linux & Open Source : regroupe comme son nom l'indique l'actualité intéressante du monde linux et du monde Open Source (logiciel libre) en général, avec éventuellement des rapprochements avec les autres articles.

- La machine SNET : il s'agit de la partie la plus importante du blog. Le principe est simple, je dispose d'une machine "test" qui servira de serveur et qui supportera toutes les experiences que nous lui infligerons au cours de la vie de ce blog. En clair toutes les demonstrations et essais seront réalisés sur cette machine. Vous pourrez donc suivre son évolution à travers cette catégorie et surtout lire des tutoriaux. Il s'agit de la machine serveur.

- La machine BURO : cette machine permet une utilisation très simple de Linux pour n'importe quel utilisateur. On y trouvera des articles sur la connexion WiFi sous Linux, l'installation du driver vidéo, etc. En bref, c'est une machine de bureau.

- En bref : un message à passer qui n'a pas besoin d'être exprimé dans un article complet ? Il se trouvera donc ici. Une sorte de mini actualité.

- Général : concernera les messages "officiels" concernant le blog.

Bonne lecture !